• Maxime Sanchez
  • Data bank

    Les Journées Portes Ouvertes sont l’occasion pour Maxime Sanchez, étudiant à l’Ecole des beaux-arts de Nîmes, d’investir le Papillon. Son intervention change, une nouvelle fois, la vision de cette petite surface qui devient avec DATA BANK un espace d’exposition sous vitrine.

    Les sculptures, de petites dimensions, réalisées à partir de fragments, de débris d’objets banals issus du quotidien présentées ainsi sont accessibles à la contemplation seule et non au toucher ce qui a pour effet de renforcer leur préciosité. Elles révèlent une approche expérimentale de Maxime Sanchez et son intérêt pour le réel et sa transformation.

    Le Papillon posé à même le sol donne à voir une constellation de choses sur fond noir et lie, en un même lieu, plusieurs éléments au statut pourtant distinct.  Il s’agit de sculptures mais aussi d’outils ou de matériaux qui participent tous de l’activité et de l’atelier de Maxime Sanchez. La réunion de ces éléments suggère plusieurs univers comme celui du jeu pour enfant ou celui de la science-fiction, traversés eux-mêmes par l’accident, l’altération ou l’entropie. Ces altérations (cassures, fontes, calcinations, torsions) témoignent de son geste et constituent aussi une «banque de données » qui désigne un paysage contemporain, inquiétant et en crise. La juxtaposition de ces éléments propose donc une expérience équivoque entre les formes et les matières qui oscillent entre la séduction et la répulsion.

    AH et AV

     

    http://maximesanchez.fr/

    • Maxime Sanchez
    • 11 mars 2016
    • École supérieure des beaux-arts de Nîmes