• Alexandre Brilleau
  • URODIDAE

    Il vit, au fin fond des immenses forêts denses et humides d’Amérique du sud et d’Amérique centrale, un petit papillon de nuit, plutôt anodin en soi, mais dont la particularité réside dans son état antérieur : en effet, la chenille de ce papillon, avant de muter, se fabrique un cocon externe, sorte de filet entremaillé aux reflets dorés, suspendu à son fil de soie, et dont la structure étonnante laisserait presque penser à un objet de joaillerie, telle une cage miniature en or qui entoure et protège la chrysalide avant sa métamorphose.
    Il s’agit, pour ce projet, de reconsidérer le Papillon (initialement conçu comme espace nomade d’exposition) en tant qu’objet ; considérer son existence physique et matérielle, sa présence.
    Pour cela, j’ai décidé de m’approprier cet objet en y opérant, par des gestes d’enveloppement et de recouvrement, une transformation. Un ajout de matériau(x) qui vient ainsi déplacer le statut de ce caisson fait de bois et de vis.
    Cette transformation vient évoquer la métamorphose de la chenille qui, pour devenir papillon, passe par le stade de la chrysalide. Elle confectionne ainsi son cocon à partir de ce qu’elle trouve autour d’elle et s’y enferme afin de procéder à sa métamorphose.
    Ainsi, il s’agit de constituer une sorte de cocon au Papillon, une enveloppe provisoire qui contiendrait les différentes possibilités et potentialités de son existence.

     

    • Alexandre Brilleau
    • Exposé du 22 novembre au 5 décembre 2017
    • ESBAN, 10 Grand Rue, 30 000 Nîmes